Descente au Shebeen

Ce lundi-là, je me suis décidé à me rendre à l’invitation lancée depuis fort longtemps par un camarade de lieux de travail : assister à la soirée « open mic » du Shebeen, organisée tous les lundis soir, donc. Sortie tardive du bureau (comme tous les lundis, car jour de bouclage. LN dirait « comme tous les soirs », et je peux difficilement la blâmer…), et arrivée sur les lieux du crime vers 21h. Je ne suis même pas encore entré que j’aperçois, à travers la vitre sale et la fumée omniprésente, un visage connu : Coo, que je connais depuis ma lointaine époque de fan de base de Radiohead (nodata.net, pour ceux qui veulent), et accessoirement sampler du groupe (de) Sourya, pour qui j’avais auditionné misérablement à la guitare il y quelques années, quand ils se faisaient encore appeler The Music Imposters.

Coucou à Coo, donc, puis je me faufile le long du bar, entre les divers hipsters chevelus (en voyant les photos, LN : « on dirait une pub pour Jean-Louis David ! » Moi : « Pas faux, comme dans la chanson de Air : ‘Où sont tes héros, mal rasés, bien habillés' »). Je rejoint mon collègue, David, et son frère Bruno, ce dernier membre du groupe Neïmo, qui accessoirement dispose de son propre label, Big Fields Records. Le temps de me faire offrir un verre par David, pourtant hétérosexuel patenté, je vois se glisser à travers la foule un barbu (tout le monde a une barbe de trois jours ici, mais lui a une *vraie* barbe), en direction du fond du bar, où se trouve une chaise haute sur laquelle est posée une guitare acoustique, le tout éclairé d’une faible lampe surplombant une mini table de mixage. La soirée open-mic s’ouvre là.

David me fait un peu les présentations, me décrit le proprio du bar, Earle, un sud-africain (je crois) un peu barré qui présentera tous les participants un peu connus par un laïus d’exclusivité, « et oui maintenont you fuckers, voici Miggles de Popklub Arsenal, avant il étay dans The Parisians et il va vous jouay say new fucking songs », « maintenont pour le pwemiewe fois, Djulien de Souwya va jouer pour vous avec Untel, Untel et Untel au chant, yeaaaah », ou encore « maintenant, le chanteur de Cliché, qui est maintenont dans The Victorians… ». On voit donc défiler une sorte de fine fleur actuelle de la scène rock parisienne, à l’exception de The Naast parce que bon c’est des fils à papa rock’n’folkeux alors hein. Tous ces groupes, avant même d’avoir plus d’une chanson, ont leur espace MySpace, et chacun fait un lien vers le MySpace de tous les autres – ce qui fait que j’ai un peu l’impression d’être dans une réunion ParisCarnet de MySpaceux, en fait. Tout le monde a fait partie d’un groupe, qui a splitté, donc en a remonté un autre avec tel autre membre d’un autre groupe, machin chose. « En fait on pourrait faire un arbre généalogique assez compliqué de tous ces groupes, non ? » « ben ouais, c’est sûr » « genre qui couche avec qui, tout ça » « ah ben ça tout l’monde mon gars » « non, j’veux dire… ok, laisse tomber ».

Quelques photos d'une soirée au Shebeen

Mon inviteur parti, je reste pour suivre un peu ce qui se joue, et finir mon second verre. La foule est plus compacte, et vu que le bar est très petit, difficile d’apprécier, finalement. Je sors vers 11h, et pour ne pas tourner de la tête dans le métro/train, je remonte la rue Mouffetard jusqu’à trouver un vendeur de crêpes sympathique. Des employés de la mairie défont les décorations de Noël. Je trouve mon crêpier, qui ne paye pas de mine dans son bout d’mur. Les deux Pakistanais discutent et rigolent dans une langue que décidément je ne comprendrai jamais, tandis que l’un deux me confectionne une des meilleures crêpes à emporter qu’il m’a été donné de savourer : non seulement il a mis la dose de Nutella et deux (2!) bananes, mais le pliage était tel que rien n’a coulé sur mes doigts durant mon trajet. Et m’a donné deux serviettes avant même que je ne demande la deuxième (du coup j’en ai eu trois. Formidables, les blogs, non ?).

En arrivant sur la place Monge, je fais le tour pour voir ce qu’est devenu l’emplacement de notre quartier général de l’époque, bar/restaurant que (et dans lequel) nous investissions chaque week-end. Le Nonchalant est toujours aux abonnés absents, et a été remplacé par un restaurant chinois, qui lui-même est en vente. « Time it was… » in my mind.

Métro. Dodo.
Boulot.

Laisser un commentaire